Partager sur Facebook

01/01/2011

Petite histoire des rues : Guillaumes, Halage, Hélène, Espaullard

Chaque mois, plongez-vous dans l'historique de quelques rues noiséennes. D'où vient leur nom ? Quelles pages d'histoire racontent-elles ? Quel symbole de la ville évoquent-elles ? Quels changements de nom ont-elles subis ?

Créé au début du XIXe siècle pour alimenter Paris, le canal de l'Ourcq traverse Noisy sur environ 800 mètres.

Sente et rue des Guillaumes
En 1408, on connaissait un lieu-dit Guillaume, tirant probablement son nom de celui d'un propriétaire louant des terres au seigneur. Sur un plan de 1810, on trouve même au Sud-Est de la commune deux cantons éponymes : « En Guillaume » et « Le bas de Guillaume ». Le sentier du même nom, tracé dans cette zone, est apparu plus tardivement. Une délibération du 19 avril 1955 fit de ce chemin la rue des Guillaumes. Celle-ci sera prochainement prolongée pour desservir le quartier résidentiel prévu dans le programme de la zone d'aménagement concertée (Zac) des Guillaumes, lancée en 1998.


Chemin de Halage
Créé au début du XIXe siècle, le canal de l'Ourcq traverse la partie Nord-Est de la ville sur environ 800 mètres. Autrefois, les bateaux qui se dirigeaient vers Paris pouvaient se laisser dériver au fil du courant mais ceux qui circulaient dans l'autre sens devaient être halés par des chevaux. De 1839 à 1849, un service de bateaux-postes reliait Paris à Meaux par le canal mais il disparut face à la concurrence du chemin de fer. Au début des années 1930, le canal fut élargi pour permettre le passage d'embarcations d'un plus gros gabarit.


Rue Hélène
Initialement anonyme, cette rue prit en 1835 le nom d'une fille du comte d'Auxy qui possédait une maison à l'angle de cette voie et de la rue du Goulet (aujourd'hui rue Anatole-France). Elle fut réaménagée en 1912.


Rue Henri-Espaullard
Les Espaullard représentent l'une des familles noiséennes les plus anciennes. Dès le XIVe siècle, on retrouve leur nom dans des documents en rapport avec Noisy. François-Henri Espaullard, cultivateur de son état, a siégé de 1871 à 1884 à la municipalité. Par testament, il a transmis à la commune 33 000 francs, somme qui devait servir à doter une jeune fille née à Noisy et reconnue pour ses mérites par l'administration municipale.
En 1884, un autre Espaullard, Antonin de son prénom, est élu conseiller municipal. Il le restera jusqu'en 1897. En 1925, sa veuve a légué à la Ville toutes ses propriétés sises à Bondy, Noisy, Romainville et Rosny ainsi que 22 000 francs. Elle demandait dans le même temps la construction d'une crèche ou d'un hospice.
Beaufils Espaullard a quant à lui été conseiller municipal de 1888 à 1895, puis maire, de 1897 à 1900.
Autre membre éminent de cette famille, Hector Espaullard, conseiller municipal de 1912 à 1929 (il sera adjoint au maire entre 1919 et 1925) puis de 1942 à 1944. Passionné d'histoire locale, il est l'auteur de Noisy-le-Sec, village heureux, ville martyre, un ouvrage qui retrace le passé de la commune, de ses origines jusqu'au début du XXe siècle. Décédé en 1950, à l'âge de 76 ans, Hector Espaullard n'a pu compléter ce précieux travail de recherche, qu'il a souhaité dédier « aux habitants de Noisy » et à « tous ceux qui nous ont précédés sur ce petit coin de la terre. »

Sources :
Naissances, baptêmes, évolutions des rues de Noisy-le-Sec, P. Winkopp
Noisy-le-Sec, village heureux, ville martyre, H. Espaullard

Partager sur Facebook

juin 2017
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Zoom sur...

Eglise Luthérienne

Lire la fiche>>

Avant / Après

Archives

Jan. Fév. Mars Avr.
Mai Juin Juil. Août
Sep. Oct. Nov. Déc.

<< 2017