Partager sur Facebook

01/01/2011

Premiers soins

Voici quelques conseils sur les soins à prodiguer en cas d'incident.

Premiers soins

Les précautions à prendre chez soi

- Assurer un éclairage efficace (entrée, garage, cave, etc.), surtout si les habitués sont âgés.
- Mettre une étiquette sur les produits dangereux, et éviter de les mettre dans des bouteilles destinées à la boisson ou à l'alimentation pour éviter les confusions désastreuses ; penser à les mettre hors de portée des enfants.
- Eviter les sols glissants, les parquets cirés, les tapis, les obstacles à ras du sol, les marches inattendues.
- Ne pas laisser traîner les fils électriques et autres objets divers sur le sol.
- Faire contrôler régulièrement les appareils type chauffe-eau, appareils de chauffage et cheminées.
- Ne pas allumer un barbecue avec des produits volatils inflammables (essence, alcool à brûler, etc.)
- Ne pas oublier de couper le compteur électrique pour changer une ampoule ou pour tout travail sur le circuit électrique.
- Eviter les lustres et autres objets de décoration à hauteur de tête, la vôtre mais aussi celle d'une personne plus grande.
- Ne pas projeter d'eau sur un appareil électrique (nettoyeur haute pression par exemple)
- Manier avec précaution tous les objets contondants
- Pour les bricoleurs : protection des yeux, attention aux vapeurs toxiques de certains produits qui peuvent provoquer des réactions pulmonaires graves même plusieurs heures après.

Les premiers soins en cas d'incidents

- Les plaies : si elles sont superficielles (égratignures, écorchures) et peu étendues (moins que la surface de la paume de la main), il faut tout d'abord se laver les mains avec de l'eau et du savon après avoir oté les résidus possibles (cailloux, brindilles, etc.) à la pince à épiler. Puis nettoyer la plaie en tamponnant du centre vers la périphérie à l'aide d'un antiseptique (l'alcool est douloureux et ralentit la cicatrisation ; éviter le coton, préférer les compresses). En cas de saignement, on applique de l'eau oxygénée. On peut laisser la plaie à l'air libre s'il n'y pas risque de se salir ou mettre un pansement.
Une plaie peu profonde n'excède pas 3 à 4 millimètres. Nettoyer de la même façon en utilisant des bandes adhésives (stéri-strip) pour rapprocher les berges de la plaie.
Pour une plaie plus profonde, l'avis d'un médecin est indispensable. En attendant, si la plaie saigne beaucoup, appliquer une compresse ou un linge propre pour arrêter l'hémorragie.
En cas de section complète d'un doigt ou d'une partie de membre, il faut immédiatement le récupérer dans le but d'une réparation chirurgicale et le mettre dans un linge propre, puis un sac plastique et déposer le tout dans un récipient au contact des glaçons (jamais au contact direct de la glace).
- Les brûlures : souvent bénignes, elles peuvent cependant être plus ou moins profondes et étendues. Pour mesurer son étendue, on se sert d'un pourcentage (la paume et la main représentent 1 % de la surface du corps, si elle est supérieure à 10 %, l'hospitalisation s'impose). Pour mesurer sa profondeur, on parle de degré : 1er degré veut dire une simple rougeur, 2e degré, apparition de phlyctène (bulle), 3e degré évoque une plaie à l'aspect cartonné qui ne procure pas de douleur, ce qui est un signe de gravité.
Attention, les brûlures du visage, des yeux et du siège sont plus préoccupantes et nécessitent un avis médical.
Dans l'immédiat (au plus tard dans l'heure), il faut refroidir la zone brûlée en la laissant sous le robinet au moins 10 minutes (jusqu'à disparition des douleurs). Si des bulles se forment, il faut les laisser tant qu'elles sont intactes, sinon découper la peau morte. Nettoyer ensuite avec un antiseptique (toujours pas d'alcool qui tue les cellules et ralentit la cicatrisation, en plus de faire très mal). Recouvrir ensuite la brûlure d'une compresse grasse, puis de compresses sèches et stériles et maintenir le tout par une bande.
En cas de surinfection, consulter. En 15 jours, le brûlure doit avoir cicatrisé.
Eviter le soleil sur la zone brûlée pendant un an.
- Prévenir un coup de chaleur : surveiller les enfants (ne pas les mettre en plein soleil ou enfermés dans une voiture, attention aux jeux violents par grosse chaleur etc.), boire le plus souvent possible, avant même la sensation de soif, mais pas d'alcool qui va aggraver malaise et perte d'eau, porter des vêtements amples et clairs (le blanc réfléchit la chaleur, le noir l'absorbe), éviter l'effort intempestif par grosse chaleur sans y être habitué, se rafraîchir le plus possible par des douches ou des bains en piscine.

L'armoire à pharmacie

Voici ce que devrait contenir au minimum une armoire à pharmacie :

Du matériel

- Thermomètre frontal ou électronique
- Coton hydrophile
- Compresses stériles
- Sparadrap
- Pansements prêts à l'emploi
- Alcool modifié
- Antiseptiques
- Eau oxygénée, utile pour arrêter les petits saignements.
- Stéri-strips : bandelettes autocollantes pour rapprocher les berges d'une plaie superficielle
- Bandes en textile pour le maintien des pansements ou pour la confection de pansements compressifs.
- Bandes autocollantes de maintien plus ou moins rigides (entorses)

Des médicaments

- Aspirine (attention aux contre-indications nombreuses), préférez le paracétamol.
- Antipyrétiques et antalgiques type Nurofen (fièvre, douleurs dentaires, maux de tête, etc.)
- Antispasmodique (phloroglucinol) pour les douleurs abdominales
- Anti-inflammatoire en comprimé et gel
- Antitussifs
- Antidiarrhéïque (lopéramide)
- Anti-émétisant en lyoc (métopimazine)
- Pansement gastrique
- Pommade cortisonée pour les piqûres diverses et les petits eczémas.
- Vitamine C pour les coups de fatigue

Penser à vérifier la date de péremption des médicaments.
L'armoire à pharmacie doit être hors de portée des enfants et si possible fermée à clef.

Partager sur Facebook

Archives

Jan. Fév. Mars Avr.
Mai Juin Juil. Août
Sep. Oct. Nov. Déc.

<< 2017